Joseph Hamel
Joseph HAMEL
Joseph Hamel Joseph HAMEL Joseph Hamel Joseph HAMEL Joseph Hamel Joseph HAMEL Joseph Hamel Joseph HAMEL

Joseph Hamel
en écoute : Orgue n° 1a "Sonata terza de Frescobaldi"
Flûte à bec : Jean-Marie Segretier • Orgue : Nicolas André.
Enregistrement effectué dans l'église de Bretteville sur Odon le 25 juin 2004.

Joseph Hamel



Les chapitres

Prélude
Introduction
Plan

I Lexique (PDF 6,1 Mo)


II Description de mes orgues
L'Univers des petits orgues

Orgue n° 1
Orgue n° 2
Orgue n° 3
Orgue n° 4
Orgue n° 5
Claviorganum ou Clavecin organisé

III Fabrication
Tuyaux
Sommiers
Claviers
Transmission
Soufflerie
Soufflet à membrane
Réflexions sur ces instruments
Tailles et dimensions

IV Éléments techniques pour la mise en œuvre d'un "ventilateur intelligent"
1. Moteurs et contrôleurs
2. 1er circuit de test
3. Utilisation d'un capteur de distance
4. Régulation proportionnelle
5. Régulation P.I.D.
6. Téléchargement des programmes

 

Audio
Contact
Quelques liens


 

 


Orgue n° 1aJoseph HamelOrgue n° 1bJoseph HamelOrgue n° 1c

 

Orgue n° 1a

 

Joseph Hamel

Joseph Hamel

Joseph HamelC’est un petit instrument (orgue-coffre) de taille très réduite, facilement transportable, idéal pour le continuo dans un ensemble vocal ou instrumental. Il comporte un jeu de bourdon 8’ et un dessus de 4’ ouvert. Comme pour tous les positifs décrits ici, la tuyauterie est en bois. L’orgue est construit sur une structure métallique soudée en acier profilé de section carrée qui assure la légèreté et une bonne rigidité pour le transport. Le soubassement de l’orgue est détachable et contient le dispositif de régulation de la pression du vent. Le ventilateur est disposé dans une boite que l’on pose à côté de l’instrument. Les dimensions de l’orgue sont : L : 0,80 m, H : 0,75 m, P : 0,40 m. Il n’y a pas de buffet : ce sont les tuyaux qui constituent l’élément décoratif.
Joseph HamelLe clavier possède quatre octaves, de Do1 à Do5. La première est une «octave courte». La tuyauterie est portée par deux petits sommiers indépendants. L’un alimente les 21 tuyaux des basses de bourdon, directement posés sans registre. L’autre sommier porte les 24 tuyaux (de Do# 3 à Do 5) de dessus de bourdon, également sans registre ainsi que les tuyaux de dessus de 4’, disposés sur une chape avec registre coulissant. Son tirage est effectué au pied par un levier à déplacement horizontal alors que le bourdon 8' parle en permanence. Les 5 plus gros tuyaux de l'orgue sont postés en dehors du sommier, Trois sont coudés deux fois ! Les tuyaux de basses ne sont pas placés à l'aplomb de leur soupape, à cause de leur encombrement. Ils sont donc alimentés par une pièce gravée réalisée dans la table du sommier. L'orgue possède 69 tuyaux, 45 bourdons et 24 dessus de flûte de 4’ (ouverts). Joseph HamelLa transmission comporte deux parties dédiées à chaque sommier. Pour le sommier des dessus, c'est une transmission à balanciers. Les tuyaux sont donc disposés en progression chromatique. Les balanciers suspendus se situent sous le sommier, tout en bas de l'instrument. La transmission pour le sommier des basses met en œuvre des abrégés inversés (*) ce qui permet de disposer les tuyaux en « mitre ». Outre l'aspect esthétique intéressant, cela contribue à l'optimisation de l'emplacement des tuyaux afin de réduire au maximum les dimensions du positif.

 

Joseph Hamel
Tirant de registre du dessus de 4', actionné au pied.

 

Schémas descriptifs de la transmission.
(cliquez sur l'image pour l'ouvrir en haute définition)

Joseph Hamel

 
               

(*) Les bras de l'abrégé ne sont plus du même côté mais de part et d'autre du rouleau de sorte que l'un subit une traction alors que l'autre exerce une pression qu'il transmet à la soupape par un pilote pour l'ouvrir. Un tel abrégé est aussi appelé «abrégé foulant».

     
               
                                     
   

 

Joseph Hamel

Le panneau au dessus de l'orgue étant soulevé, on peut voir le clavier et accéder aux écrous en cuir, vissés sur les vergettes V et V', pour le réglage mécanique de l'instrument.

     

Joseph HamelLa transmission est constituée de deux parties distinctes, l'une pour actionner le sommier des dessus, l'autre pour celui des basses. Les deux schémas représentent, de profil, chacune des deux parties. A gauche, est représentée -en traits gras- la transmission du sommier des dessus Sd. L'autre partie est dessinée en gris clair Les touches Td, qui correspondent aux dessus (Do#3-Do5), sont reliées par les vergettes V aux balanciers suspendus B, disposés sous le sommier, qui ouvrent, par un mouvement de traction, les soupapes du sommier Sd. A droite, j'ai représenté, en traits gras, le schéma de la transmission du sommier des basses Sb (la partie décrite précédemment figure maintenant en gris clair). Les touches Tb (Do1-Do3) sont reliées, par les vergettes V', aux abrégés inversés A qui ouvrent les soupapes de sommier Sb par l'action des pilotes P dans un mouvement de pression.

   
                           
 
Les deux photos ci-contre montrent le sommier des dessus ainsi que la transmission.
Sur la photo du haut, le tampon de laye est en place. Sur le sommier, on distingue:à l'avent, les trous percés directement dans la table pour recevoir les pieds des 21 tuyaux du dessus de bourdon, à l'arrière, l'emplacement des dessus de 4' sur une chape recouvrant un registre coulissant (2 tuyaux sont en place) Sur la photo inférieure, le tampon de laye a été ôté : on distingue: les soupapes, les esses ainsi que les boursettes en plomb. En arrière plan, on voit le panneau d'abrégés inversés pour la transmission des basses ainsi que les vergettes. A droite, sont disposées les vergettes qui relient les deux dernières octaves du clavier aux balanciers (non visibles) situés sous le sommier.
     

Joseph Hamel

Joseph Hamel

 
                                     
       
Joseph Hamel
     
De l'autre côté de l'orgue (photo à gauche), se situe le sommier des basses. On voit deux tuyaux de chaque côté ainsi que les départs des postages (tubes gris) pour les gros tuyaux. Au dessus, l'arrière du panneau d'abrégés laisse passer par des ouvertures les bras reliés aux pilotes (tiges verticales).
   
                           
                           

Schéma du régulateur de pression, situé dans le soubassement de l'orgue

Joseph HamelJe décris, ici, un dispositif très proche de la méthode traditionnellement utilisée dans les orgues. Je l'ai longtemps employé mais je l'ai abandonné depuis la mise en œuvre d'une méthode innovante et originale, particulièrement performante au niveau de la qualité du vent et du silence de sa production.
C'est donc l'ancien dispositif qui est décrit ici, le nouveau fait l'objet du chapitre « Soufflerie ».

Joseph HamelLe régulateur de pression est contenu dans le soubassement de l'orgue : ABCD.
L'air (non régulé) fourni par le ventilateur arrive par l'ouverture latérale O dans la partie EBCF qui communique avec la partie AEFD par l'ouverture O' que vient obstruer la soupape basculante S.
Le soufflet de régulation est constitué de la table TT' chargée d'une masse de plomb M et reliée, de façon étanche, à la boite AEFD par une membrane souple mm'.
Lorsque le « soufflet » se gonfle, la table TT' se soulève ; la tige t, munie à une extrémité de la roulette R, appuie sur la soupape S qui se ferme progressivement jusqu'à ce que la pression corresponde à celle que détermine la masse M.
L'air régulé est envoyé aux sommiers par l'ouverture O''.
Joseph HamelLa pression de l'air dans cet orgue est de 5 cm d'eau.

Joseph Hamel
(cliquez sur l'image pour l'ouvrir en haute définition)


Conclusion et réflexions sur cet orgue.


Joseph HamelIl s'agit évidemment d'un très petit orgue, suffisant pour un continuo. Les détails intéressants de sa conception résident dans l'extrême facilité de transport et dans l'accessibilité de tous ses éléments. L'accord et l'entretien ne posent aucun problème. Le bâti métallique permet d'associer sa rigidité à la légèreté. L'usage de petits sommiers facilite grandement la construction et assure une bonne robustesse. La conception de la transmission, associant abrégés et balanciers, ainsi que la présence d'une « octave courte » ont permis une réduction à l'extrême des dimensions de l'instrument.
Joseph HamelCe positif, très demandé par les ensembles d'instruments anciens ou baroques, a sonné dans de nombreux édifices très variés allant de cathédrales à des édifices plus modestes ; j'ai toujours trouvé beaucoup de plaisir à chaque nouvelle « découverte » sous les doigts d'instrumentistes souvent talentueux !

Joseph Hamel

Joseph Hamel

 

                           
 

Joseph Hamel
Orgue n° 1aJoseph HamelOrgue n° 1bJoseph HamelOrgue n° 1c

Joseph Hamel

 



en écoute : Orgue n° 1a "Sonata terza de Frescobaldi"
Flûte à bec : Jean-Marie Segretier • Orgue : Nicolas André.
Enregistrement effectué dans l'église de Bretteville sur Odon le 25 juin 2004.

Joseph Hamel


• www.lartdunfacteurdorguesamateur.fr • 

Joseph Hamel